vendredi 28 novembre 2014

Mont Carmel



La propre vie en risque
Le défi d’Elie n’était pas seulement que le peuple sache qui était le véritable Dieu, mais aussi de savoir qui étaient les véritables serviteurs.
Le défi d’Elie était un défi de vie ou de mort.
Les serviteurs du “dieu” qui n’aurait pas répondu, devaient mourir comme le taureau a été égorgé.
Quand Elie a proposé le sacrifice, il était en train de mettre sa propre vie en risque. Elie est allé avec son tout et si Dieu ne le répondait pas il allait mourir sur le Mont Carmel. 
Comment vivre dans le mensonge? Comment suivre un Dieu qui n’existe pas? Comment adorer un Dieu qu’on ne connait pas? C’était mieux de mourir là-bas même.
Beaucoup de personnes veulent voir le FEU de Dieu dans leurs vie et LA PLUIE DE BENEDICTION SANS MESURE, mais au moment de sacrifier, ils ne mettent pas leurs vies sur l’Autel. Ils sacrifient ce qu’ils peuvent, ce qui ne va pas leurs manquer, il ne risque pas leurs présent, ni leurs futur sur l’Autel. Dominés par la peur, ils participent de la campagne mais ne font pas le vrai sacrifie.
Ils veulent sacrifier sans laisser leurs conforts.
Dans le sacrifice de la Foi surnaturelle il existe la douleur, la perte et la renonce.
L’attitude d’Elie a « obligé » Dieu à se manifester.
Quand Dieu rencontre des personnes courageuses et déterminées à faire Son nom être exalté, il a le plaisir de leurs répondre.
Ceux qui ont besoin d’une réponse, ceux qui veulent recevoir le Feu du Saint-Esprit dans leurs vies et des conquêtes grandioses, doivent se mettre ENTIEREMENT sur l’Autel comme une offrande vivante.
La vie de la personne doit être compris dans le sacrifice.
Après le sacrifice, la prière d’Elie fût à peine de quelques secondes « 41 mots dans l’écritures originales».
La réponse a été IMMEDIATE. Le FEU est descendu du ciel.
«Saisissez les prophètes de Baal, leur dit Élie ; qu’aucun d’eux n’échappe ! Et ils les saisirent. Élie les fit descendre au torrent de Kison, où il les égorgea. » 1 Rois 18-40

Evêque Eduardo Bravo